SALANSKIS, Jean-Michel

Après des études de mathématiques [agrégation et M2 en 1973 ; amorce de thèse en théorie des groupes finis avec Claude Chevalley de 1973 à 1975] , J.-M. Salanskis a travaillé en liaison avec Jean-François Lyotard.
Il est ensuite entré au CNRS comme philosophe en 1985 et y a poursuivi des travaux en philosophie des mathématiques : il a formulé une description heidegérienne de la pensée mathématique et une conception husserlienne des fondements des mathématiques. Il s’est aussi intéressé aux sciences cognitives dans cette période. Nommé professeur à l’Université de Lille III en 1994, puis à Paris Ouest en 2000, il s’est rapproché des débats de la philosophie contemporaine, publiant sur Deleuze, Derrida, Levinas, Lyotard, ainsi que sur la philosophie analytique et le schisme analytico-continental. Il a aussi tenté un ensemble de réflexions philosophiques et épistémologiques sur la tradition juive.
Dans la période la plus récente, il s’est attaché à développer sa philosophie personnelle (l’ethanalyse), tout en abordant pour eux-mêmes de nouveaux sujets, comme la philosophie politique ou la question de la révolution informationnelle contemporaine.

Références-clés

  • Partages du sens, Nanterre, Presses Universitaires de Nanterre, 2014.
  • Le monde du computationnel, Paris, Encre Marine, 2011.
  • Philosophie des mathématiques, Paris, Vrin, 2008.
  • Talmud, science et philosophie, Paris, Les Belles Lettres, 2004.
  • Sens et philosophie du sens, Paris, Desclée de Brouwer, 2001.

Mis à jour le 25 septembre 2015