LLPHI315

NYSEIntitulé : Renforcement disciplinaire
Enseignant en 2013-2014 : Peter Szendy
Thème du séminaire. Où vont et d'où viennent les valeurs?
 
Descriptif

 

Il s'agira d'esquisser une histoire philosophique de la notion de valeur, dans ses dimensions tant économiques que culturelles. Une histoire du fiduciaire, donc (du latin fiducia, « confiance »), qui est bien plus que celle de la monnaie au sens strict : Nietzsche prône ainsi une « transvaluation des valeurs » (Umwertung der Werte), Heidegger parle du « faux-monnayage » des « valeurs en soi », Hannah Arendt diagnostique une « liquidation générale des valeurs »...

Dans un cheminement qui ira de la « chrématistique » d'Aristote à l'abandon de l'étalon-or par Nixon en 1971, on se laissera aussi guider par un roman : le fascinant Grand Escroc de Melville qui, nouant étroitement les deux aspects du fiduciaire (la valeur et la foi), les retourne contre le lecteur lui-même en une ultime question : quelle est la valeur de ce qu'on peut lire sur la valeur ?


Bibliographie

 

Hannah Arendt, « La crise de la culture », traduction française de Barbara Cassin, dans La Crise de la culture. Huit exercices de pensée politique, Gallimard, coll. « Folio », 1972.

Aristote, Les Politiques, traduction française de Pierre Pellegrin, Garnier-Flammarion, 1990.

Walter Benjamin, « Le capitalisme comme religion », dans Fragments, traduction française de Christophe Jouanlanne et Jean-François Poirier, Presses universitaires de France, 2001.

Martin Heidegger, Nietzsche, II, traduction française de Pierre Klossowski, Gallimard, 1971.

Karl Marx, Le Capital, traduction française de Maximilien Rubel, dans uvres, tome I, Gallimard, « La Pléiade », 1963.

Herman Melville, Le Grand Escroc, traduction française de Henri Thomas, Sillages, 2006.

 

Mis à jour le 28 septembre 2013